Rechercher
  • docray

Viet N'Guyen : Serial Soignantrepreneur : EPISODE 1






Du haut de ses 29 ans, Viet NGUYEN (VNG), est déjà un véritable entrepreneur soignant (« Soignantrepreneur », plus facile à dire).

Interne en Anesthésie Réanimation ET Entrepreneur, il a su mettre à profit ses multiples compétences au service du monde médical.


Après une enfance dans un milieu populaire, issu de parents réfugiés politiques ayant fui la guerre, Viet NGUYEN ainsi que l’ensemble de sa famille ont travaillé dur pour réussir.




Notre entrepreneur se passionne très jeune pour de nombreux domaines dont l'ingénierie, l’architecture, l’informatique, l’entreprenariat et la médecine. A l’instar de ses idoles, touche-à-tout de génie, comme Léonard de Vinci, que les connaisseurs psychologues qualifient de polymathe, terme qui signifie au fond “Génie en tout”.


En fin de son cursus scolaire qu’il réussit avec facilité, il se demande pendant de long mois quel métier pourrait satisfaire ses multiples passions. Après un interminable temps de réflexion, il intègre finalement la Faculté de Médecine. Mais cette si belle faculté réalise-t-elle la qualité de ce type de talent ? Cette capacité à percevoir les besoins immédiats et à organiser de manière collaborative la conduite du changement est-elle vraiment perçue comme une excellence académique ?





Et dès la réussite du concours de première année de médecine, il engage sa toute première expérience entrepreneuriale, la création d’une classe préparatoire au concours de Médecine : Objectif P2. C’est une anecdote amusante et instructive.


Le concours de Médecine est très sélectif car demande l’acquisition d’une quantité très importante de connaissances en un temps record. Viet observe que les classes préparatoires existantes fournissent un service de faible rapport qualité/prix.


Les étudiants sont à ce moment-là tous à la recherche de polycopiés de cours leur permettant de prendre une avance déterminante dans ce concours. Notre néo-entrepreneur saisit l’opportunité de répondre au besoin d’un marché très spécifique. C’est ainsi qu’il se lance le défi de fournir aux étudiants de Médecine des polycopiés de cours d’excellente qualité et au meilleur prix. Bingo! Objectif P2 est un succès rapide et fugace. A l’âge de 19 ans et après seulement deux semaines d’entrepreneuriat, il dégage un chiffre d'affaires de près de 20000 € grâce à ces polycopiés. Malheureusement, cette entreprise est rapidement rattrapée par la patrouille, en l’occurrence le doyen de la Faculté de Médecine. Avec une mise en garde pour des problèmes de copyright, il doit stopper l’entreprise en pleine croissance avec près de quatre cents commandes qu’il ne peut bien sûr honorer.


Ainsi il a observé avec acuité un besoin conscient, critique urgent, quasi obligatoire, négligé et surtout mal desservi (Score d’intensité maximal du besoin, enseigné à EM Lyon).


De cette première expérience intense et riche en rebondissement, il savait qu’il continuerait d’entreprendre.


Tout en poursuivant ses études de médecine, il enrichit son parcours de nombreuses autres compétences nécessaires pour la suite.




Dans un premier temps, il se forme au Codage et au Web développement grâce à des formations en ligne proposées par Open Classroom et LinkedIn Learning. HTML, CSS, Javascript et PHP, et met rapidement en pratique ces connaissances au service de projets web développés par ses proches.





Il se forme ensuite à l’utilisation de nombreuses applications orientées web comme Photoshop, Canva, iMovie, ainsi qu’à l’utilisation des réseaux sociaux comme Youtube, Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et plus récemment Tiktok.





Il apprend à entreprendre grâce à “Koudetat” et à la formation « Anyone Can Scale » proposée par Oussama AMMAR et Valentin RICHARD. Développer le Mindset nécessaire à chaque entrepreneur pour lancer une Start Up, casser le plafond de verre qui empêche la croissance d'une entreprise, profiter de conférences d’entrepreneurs pour apprendre de l’expérience d’autres personnes.






Enfin, il poursuit la formation de Marketing digital proposé par Stan LELOUP : “Marketing Mania”. Cette idée peut paraître loufoque pour un étudiant en médecine. Cependant, être un bon entrepreneur nécessite de comprendre les stratégies marketing et commerciales des plus grandes entreprises au monde.







Allier toutes ces compétences de médecin, d’entrepreneur, de webmarketeur et de développeur est essentiel pour un Soignantrepreneur déjà confirmé. Il a l’intime conviction que la technologie doit faciliter la médecine de demain. Les start-ups HealthTech sont pour lui la solution face aux enjeux de la Médecine de demain.


Pourquoi cet atavisme loufoque pour le marketing ?


C’est une discipline fascinante en fin de compte, avec beaucoup d’autres aspects que le seul Marketing produit et notamment un aspect stratégique : cf l’excellent cours en ligne de Gabriel Blanc-Lainé, enseignant EM Lyon sur son site EdTech « 7transforma7ions.com » (Excellent rapport qualité/prix) au chapitre « Fondations ».


Savoir observer les besoins et faire les bonnes propositions de valeur ? Et par la suite savoir les résumer en sessions Pitch de une à trois minutes ? C’est toute la substantifique moelle de ce type d’apprentissage. Le marketing stratégique est un art complexe où il devient plus aisé de convaincre un auditoire si les fondations de votre entreprise sont solides.


Ainsi les investisseurs sont à même de vous suivre sur des projets en l’espace d’une à trois minutes de présentation pouvant changer votre vie, et plus rarement la face du monde. Plus que les tableaux de chiffres et une rentabilité financière, ce que viennent chercher les investisseurs sont des personnalités d’individus à même de porter des projets.


D’ailleurs, la personnalité profonde de Viet n’est pas que dédiée au sacerdoce de la pratique médicale. Il a besoin de développer et d’entreprendre, d’améliorer le quotidien des patients et des équipes soignantes, de résoudre les défis de l’exercice médical au bloc opératoire pour s’épanouir.


Je ne peux que partager son point de vue.





En 2019, il est primé lors du concours

“Lyon Start-Up” pour le développement d’un projet HealthTech de remplacements médicaux. En partenariat avec BPI France, l’Université de Lyon et l’EM Lyon, il bénéficie d’un enseignement BootCamp sur le développement d’une Start-Up.






Tout au long de son internat, il observe la demande et propose des solutions digitales pour accroître l’efficience des services où il passe. Sa réputation n’est plus à faire, et le côté familial de l’internat de Saint-Étienne lui permet de s’épanouir.




Il travaille actuellement à la Clinique Mutualiste AESIO de Saint-Étienne où le bien-être des employés est devenu une préoccupation majeure. Trois vagues de COVID obligent, l’Expérience Soignant (un terme développé par soignantrepreneurs.com) est devenue aussi importante que l’Expérience Patient.





Pour preuve, son épouse travaille chez Amazon Barcelone, où l’on aménage des salles de pause et de sieste pour le bien-être des employés. Le CHUGA (Centre hospitalier universitaire de Grenoble - Alpes) met aussi actuellement à disposition des salles de sieste et de relaxation. C’est un progrès dans la qualité de vie au travail des soignants, cela est nécessaire…


Mais en fin de compte est-ce suffisant ?


La Qualité de vie au travail dépend du respect de la personnalité des acteurs de la structure que le management cherche à aligner sur des directives contraignantes, dans un secteur déjà hyper normé.


La personnalité des soignants n’est pas que dédiée aux soins et savoir exprimer les talents de chacun est source de bien-être au travail, probablement de prévention du burnout. Ainsi mon projet initial (bien illusoire) de mémoire de MBA était la prévention du burn-out du soignant par l’aide et l’initiation à l'entrepreneuriat.


Une expérimentation au sein de l’infirmerie protestante au cours de la deuxième puis de la troisième vague renforce cette intuition: Les membres des équipes soignantes apportent leurs compétences à leurs homologues sous forme de massage de relaxation, de recettes de cuisine, d’écoute, etc…et parfois sous des formes plus créatives. Bel essai!


Est-ce un peu tard ? 50% des soignants sont en pré burn-out !


Oublions maintenant la prévention et occupons-nous des soignants qui, depuis longtemps, expriment leur créativité et l'appliquent à leurs entreprises, qu’elles soient associatives, non ou parfaitement lucratives (quel vilain mot).


Un exemple : une des dernières entreprises de VNG mise en œuvre avec sa famille est une entreprise (à but non lucratif) : des centres de dépistage du COVID-19 par test antigénique dans le département de l’Aude : Aude Anti-COVID.




Il lui restait à donner corps à entreprise d’une plus grande dimension encore: Dializy.


La suite au prochain épisode




152 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout